Au début des années 2000, le Conseil départemental d’Indre-et-Loire, propriétaire de la Forteresse royale de Chinon, a décidé de s’engager dans un vaste plan de modernisation du monument. De nouveaux lieux ont ainsi été ouverts à la visite, tandis qu’un bâtiment contemporain a été construit pour abriter un espace d’accueil, une boutique et une salle d’exposition temporaire. Des travaux de restauration ont été engagés sur les remparts et les tours; les logis royaux en ruine depuis 200 ans ont retrouvé une charpente et une toiture.


À l’issue de ces travaux, la Forteresse royale de Chinon offre à ses visiteurs un nouveau parcours de visite qui évolue régulièrement pour s’adapter aux attentes du public.

Les logis royaux restaurés accueillent la scénographie et la muséographie :

  •   Deux salles sont consacrées à l’histoire de la Forteresse : reconstitutions 3D, maquettes et collections archéologiques provenant des fouilles récentes.
  •   Deux salles sont dédiées à Jeanne d’Arc, à travers la mise en scène d’une collection d’objets d’arts originaux du 18e au 20e siècles (bronzes, statues, faïences, etc.). La riche collection iconographique présente les différentes facettes de cette héroïne au fil des siècles.
  •   Une salle évoque l’organisation de l’armée de Charles VII et la guerre de Cent ans à travers une collection d’arbalètes, de casques et une armure.
  •   Dans une salle, un film illustre l’une des périodes clés de l’histoire de la Forteresse par l’intermédiaire de grands personnages.

  •   La reconstitution meublée de la chambre intime de Charles VII.  Elle est le fruit d’un travail associant scientifiques et artisans d’art, qui grâce à leur savoir-faire font revivre cette salle emblématique des appartements royaux. Une courtepointe brodée d’or et un dais suspendu d’exception, réalisés sur mesure pour le lit du roi, sont les pièces maîtresses de cette reconstitution.

  • Nouveauté 2020 :  Recréation de la chambre d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt. Au 12e siècle, la chambre du roi Henri II Plantagenêt et de son épouse Aliénor d’Aquitaine était située dans le palais du fort Saint-Georges aujourd’hui détruit. Ce palais renfermait un ensemble de salles aux fonctions privatives comme les chambres (Camera), et une grande salle pour les audiences publiques "Aula" (reconstitutions visibles dans l'Histo­Pad). La chambre, recréée scientifiquement, comprend un lit et sa riche garniture textile, deux sièges, deux coffres et une table. Le tissu de la courtepointe recréé pour l’occasion s’inspire d’un fragment de tissu des 11e / 12e siècles conservé au musée Le Carroi à Chinon : la chape dite de Saint-Mexme.

    Un travail réalisé par des artisans d'art : le mobilier a été réalisé par l’ébénisterie Tancoigne sur la base de l’étude réalisée par Cécile Lagane, docteure en archéologie médiévale, spécialiste de l’étude de la culture matérielle et mobilière médiévale. Le décor de la soierie est composé d’animaux et de végétaux stylisés, fidèlement recréés et tissés par les ateliers des soieries Roze, entreprise tourangelle du patrimoine vivant.

 

Le dernier niveau de la tour de l’Horloge accueille l’ancien mécanisme qui permettait de faire sonner la cloche du 14e siècle ! Celui-ci est mis en valeur par la présence d’un Zootrope. Il s’agit d’un dispositif original d’illusions d’optique que vous êtes invités à actionner.

 

Grâce à l'Histopad plongez dans le Moyen-Âge et découvrez la forteresse sous un nouveau jour ! 

L'histopad est disponible en 9 langues :     

 


Pour vous accompagner dans votre visite,  un livret-guide est aussi à votre disposition dans le bâtiment d’accueil.

Notre livret guide est également disponibles en